De Florian Henckel von Donnersmarck (le pauvre, quoi...)
Avec Johnny Depp, Angelina Jolie, Paul Bettany, Rufus Sewell
Musique de James Newton Howard
(2010)

Désolant... Dans le genre, entamons toujours un peu plus les strates de la nullité pour voir ce qui s'y trouve (!) Mais passons plutôt à la présentation de nos trois protagonistes principaux:

1) J. Depp alias Franck, prof de math. Pour donner plus de crédibilité à son portrait de crétin niais, Johnny a recours à une astuce déjà vue et remâchée: le couinement - dans toute une variation, du grognement sourd inquiet jusqu'au petit cri strident que l'on doit initialement à J. Sparrow. Quand Johnny ne couine pas, il court à travers Venise, en pyjama rayé, en faisant des grands gestes avec ses tous petits bras. Cherchait-il vainement à s'envoler de cette production foireuse? Tentait-il de faire de l'aérobic pour se débarrasser du monceau de graisse dans lequel il s'était empêtré? Mystère... Toujours est-il qu'il étoffe également son jeu de regards enamourés en direction d'A. Jolie, tel un cocker vénérant son maitre (sa coiffure lui permet d'ailleurs de coller parfaitement à ce nouveau rôle de composition).

2) Angelina Jolie alias Elise. Je vais être brève, je n'aime toujours pas cette actrice. Certes, elle est très femme (avec un F majuscule, j'imagine), très classe dans ses fringues haute-couture, mais je l'ai trouvée très transparente. Elle nous offre ce qu'elle sait faire de mieux, toute une gamme de regards: mystérieux, aguicheurs, légèrement inquiets pour finalement atteindre le regard affolé de la biche prise devant les phares d'une voiture (apparemment, la biche s'est déjà prise la voiture précédemment, vu le contour très très noir autour des yeux).

3) Paul Bettany alias John. Mais qui revoilà dans le rôle d'un pseudo-méchant dans un pseudo-thriller? Mais c'est Paul bien sûr! Comme dans Firewall? Apparemment... sauf que là, Paul ne fait même pas l'effort d'avoir l'air méchant. Il est même carrément inoffensif. La preuve? Il passe son service à faire des puzzles. Non, sans blague, il adore ça! Et quand Paul ne fait pas mumuse avec des bouts de papier (curieusement reconstitués et lisibles après avoir été 1° brûlés 2° aspergés de café noir), Paul s'acharne à prendre des décisions plus stupides les unes que les autres. A priori, rien de bien menaçant pour le couple principal...

Tout le reste n'est qu'une succession de pseudo-scènes d'action plus affligeantes les unes que les autres. Elles sont accompagnés de dialogues qui rivalisent de nullité avec l'implication des acteurs - tous hurlant à plein poumons (avec plus ou moins de subtilité) qu'ils veulent simplement toucher leur chèque pour pouvoir aller au Leclerq à la fin du mois (familles nombreuses obligent). En un mot: fuyez !!! Et regarder plutôt Anthony Zimmer qui bénéficie non seulement d'un traitement dramatique très efficace, mais également d'acteurs motivés et doués d'un tant soit peu de nuances dans leur jeu!

the_tourist