De Jean Becker
Avec Alain Souchon, Isabelle Adjani, Suzanne Flon, Michel Galabru
Musique de George Delarue
(1983)

Une petite bombe de drame et de perfection à la française. Entre soleil provençal, tension muette et éclats de folie, L'été meurtrier retrace l'arrivée de Eliane dans une petit village tranquille du sud de la France. Immédiatement, elle attire les regards et déchaine les passions au fil de ses provocations de jeune nymphette. "Pin-pon", jeune homme simple et bon, tombe sous son charme et la réciproque semble vraie: les deux jeunes gens se marient. Leur bonheur pourrait être parfait sauf que les motivations d'Eliane sont troubles et qu'elle multiplie les moments de détresse et d'éclats.

Jean Becker adapte ici un roman de Sebastien Japrisot (pas lu, mais au programme) et met en scène un drame tragique dans le plus pur style du terme. Je ne spoilerai pas tout, je dirai seulement qu'Eliane est l'enfant d'un viol collectif et que tous ses actes sont conditionnés par ce drame (scène de flash-back particulièrement cruelle). Dans L'été meurtrier, pas de rédemption, ni de machine arrière possible: tout n'est que machination totale et quête de vengance passionnée. Eliane et "Pin-Pon" sont les archétypes-mêmes des victimes de leur destin et sont entrainés malgré eux dans une spirale infernale les conduisant à leur perte.

Que dire si ce n'est que le film est presque culte, que la tension et la musique nous entrainent dans les méandres de la folie sous-jacente d'Eliane, que sa froide détermination est magnifiquement contre-balancée par des moments de fragilité intenses et bouleversants: Adjani crève littéralement l'écran. Alain Souchon n'est pas en reste et joue avec beaucoup de naturel et de sobriété. Ils sont tous les deux accompagnés de deux monstres Flon et Galabru qui n'ont plus rien à prouver.

Un drame dans la tradition tragique antique au déroulement captivant et à l'issu inéluctable. A voir absolument!

pictureletemeurtrier