De Terrence Malick
Avec Brad Pitt, Sean Penn et Jessica Chastain
Musique de Alexandre Desplat
(2011)

Jack est un enfant comme les autres, qui grandit entre un père autoritaire et une mère aimante. Tout cela est perturbé par la naissance de ses deux frères, qui l'oblige à partager cet amour parental inconditionnel. Jack doit par ailleurs affronter l'individualisme forcené de son père, obsédé par la réussite de ses enfants. Mais un tragique évènement vient troubler cet « équilibre » familial…

Copie_de_tree_of_life6

Impossible pour moi de critiquer "normalement" ce film. J'ai vécu une expérience pour le moins inédite et je crois bien que c'est la première fois que je vis une immersion telle que celle-là. Pour tout dire, j'étais en larmes à la fin de la séance. Impossible de décrire ce déferlement d'émotions. Malick détient l'étincèle de génie qui rend l'expérience cinématographique totale.

J'ai envie de crier au chef d'oeuvre mais je sais que ce film fait pour l'instant l'objet de débats plutôt passionnés, j'essayerai donc de me faire plus mesurée.

Je ne nie pas que certains aspects du film sont d'apparence bancale, mais je crois que The Tree of Life doit être abordé selon une grille de lecture différente. Les critères d'appréciation que l'on a vite tendance à appliquer aux films que l'on découvre ne peuvent pas (à mon sens) trouver beaucoup de pertinence dans ce cas-ci. Les notions de rythme ou de narration n'ont que peu d'importance face aux thématiques abordées. Le film de Malick est de l'ordre du lacher-prise: je renouvelle la métaphore précédemment utilisée dans la critique de The Red Thin Line - il faut se laisser porter par le film-fleuve développé par Malick. C'est le ressenti qui prime avant tout (et c'est très certainement ce pourquoi je suis complètement réceptive à ses oeuvres).

The Tree of Life est de l'ordre de l'expérience personnelle. Impossible de dire si tout a été compris ou achevé: Malick adresse à tout le monde ses pensées et offrent quelques pistes de réponses disséminées aux quatre vents. C'est la polysémie de sa réflexion qui constitue la plus grande force du film. Ce dernier ne s'encombre pas d'un propos simpliste ou universel: chacun a la possibilité de suivre les différentes voies qui s'ouvrent à lui.

Copie_de_tree_of_life70

LES + :

- La photographie de Malick, les voix-off, la musique de Desplat et les compositions chorales et classiques (comme d'hab' j'ai envie de dire) : en bref, la grâce du réalisateur ;

- Les acteurs: enfants et adultes sont merveilleux.B. Pitt à mes yeux trouve son rôle le plus complexe, J. Chastain est la grâce à l'état pur, les enfants sont bouleversants de naturel et d'émotion ;

- La polysémie des questions et des réponses disséminées au fil du film et la liberté totale que nous octroye la réflexion de Malick ;

- La douloureuse relation père/fils ;

- La dernière demi-heure: l'excuse de l'ainé à son cadet, l'excuse du père au fils, l'acceptation de la perte de l'enfant, le deuil des souvenirs (perso, j'ai craqué complètement)

LES - :

- La présence trop brève de S. Penn ;

- Une partie "naissance de l'univers" qui commence bien (la transition ne m'a pas embêtée plus que ça) mais qui se termine de manière un peu abrupte (dino/banlieu : le choc des cultures :p)

Note : ceux qui vont aller voir ce film parce qu'il a reçu la Palme d'Or et qu'il y a Pitt et Penn dedans, ils vont bien se faire pigeonner XD muhahaha !

EN BREF :

Allez voir ce film. Il ne s'agit pas de se creuser les méninges pendant ou après la séance, il s'agit juste de se laisser guider et au détour d'une phrase, de se laisser toucher par la poésie et la sensiblité du réaliateur. Notre volonté de tout comprendre et de tout contrôler est bien vaine face à ce film et face aux deux instances magnifiées par Malick : la Nature et la Grâce. Et honnêtement s'il y avait eu une interprétation toute faite et si le public avait été unanime, quel aurait été l'intérêt de réaliser un tel film?

affichetreeoflife