affichethehorsewhisperer
De Robert Redford
Avec Robert Redford, Kristin Scott Thomas, Scarlett Johansson
Musique de Thomas Newman
Adaptation du roman éponyme de Nicholas Sparks
(1998)

Après un accident ayant coûté la vie à sa meilleure amie et traumatisé son cheval, Grace MacLean, amputée d'une jambe, perd peu à peu le goût de la vie et vit de manière recluse, renonçant à lutter contre son infirmité. Annie MacLean, la mère de l'adolescente de treize ans, décide de réagir et s'en va quérir un dresseur de chevaux pour guérir l'animal et parle à l'enfant.

Aujourd'hui il est temps de vous parler d'un de mes films préférés. Il fait partie de ces films qui m'ont complètement remuée et qui m'ont fait prendre conscience de la magie et de l'émotion du cinéma *sortez les violons*.

The Horse whisperer c'est l'histoire de trois personnes blessées. Grace, une jeune fille dont le monde se voit totalement bouleversé. La toute jeune Scarlett Johansson campe son personnage avec la passion et la conviction de la jeunesse et il n'y a qu'une chose à dire: elle y excelle! La voir se débattre avec son nouveau corps, avec la mort de sa meilleure amie et le rejet de son compagnon de toujours, son cheval est bouleversant. A ses côtés, sa mère, Annie, femme d'affaires dont le couple chancelle dangereusement et que sa fille repousse constamment à chacune de ses tentatives d'aide. Une femme qui sous ses allures de fonceuse doute constamment du bien fondé de son entreprise au Montana. A leurs côtés, Tom, le guérisseur solitaire qui a appris à aimer la vie qu'il mène, mais dont l'arrivée des deux jeunes femmes chamboule complètement ses attentes en l'avenir qu'il croyait être le sien.

Les trois acteurs principaux sont merveilleux et font la démonstration de leur immense talent. On retrouve également les excellents Chris Cooper, Sam Neill et Diane Wiest pour les accompagner dans cette grande trame humaine. Et puis il y a Pilgrim, le cheval de Grace, magnifié par la caméra de Redford et qui trouve une place aussi importante que tous les protagonistes qui l'entourent. Car Pilgrim et Grace sont désormais intiment liés dans leur guérison respective.Tous les deux sont fébriles et marqués, rejetant l'aide qu'on leur propose tout en suppliant silencieusement qu'on les aime pour eux, pour ces étrangers qu'ils sont devenus.

Du côté de la réalisation, on est loin de la poésie presque spirituelle d'un Malick, mais il n'empêche que Redford filme le Montana et l'Utah avec toute l''émotion et le respect que forcent ces grands espaces sauvages américains. On notera également une grande pudeur dans la mise en scène de l'accident initial. Et puis il y a la participation du grand Thomas Newman qui nous livre une bande originale émouvante (ici) laissant sans voix (et sans larmes également parce que c'est LE film qui fait pleurer à gros bouillons).

Un drame superbe, des protagonistes se débattant pour retrouver leur souffle, une émotion sensible et  déchirante, une main de maître pour diriger l'ensemble. Foncez!