affichetwilight

Fiche technique:

Réalisateur: Catherine Hardwicke
Acteurs: Kristen Stewart, Robert Pattinson, Billy Burke, Peter Facinelli, Ashley Greene
Genre: Fantastique/Romance
Musique: Carter Burwell
Sortie: 2008

Adaptation du roman de Stephenie Meyer

Synopsis:

Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l'Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s'attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d'un des élèves, Edward Cullen. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? Edward Cullen n'est pas humain. Il est plus que ça

Mon avis:

Décidément, je fais tout à l'envers dans la saga Twilight. Voici donc enfin la critique du premier opus de la série.

C’est un nouveau monde que nous ouvre Stephenie Meyer, celui d’un univers vampirique chamboulé et il est vrai, un brin gentillet. Entre peau brillant au soleil et soif de sang refoulée par la culpabilité, le mythe du vampire extatique en prend un coup. Toutefois, son traitement fleur bleue n’est nullement répréhensible car, si la thématique fantastique reste prégnante, le centre de gravité de cette saga demeure une histoire d’amour aussi irréelle que magique.

Loin d’être mièvre, la relation du jeune couple est dépeinte avec douceur et sobriété. L’alchimie entre les deux acteurs est d’un naturel parfait, chacun semblant puiser son inspiration chez l’autre (un peu comme les deux protagonistes d’ailleurs). L’ambiance est mélancolique au possible, renforcée par une photographie qui n’est pas en reste du point de vue de l’inspiration. Les paysages de l’état de Washington confèrent une austérité et un mystère qui s’accordent parfaitement à cette romance hors normes. Si les effets spéciaux sont risibles, c’est bien le seul défaut que je trouverai au premier volet des amours sanglantes entre Bella et Edward.

En bonus, certaines chansons de la bande originale, divines, notamment Eyes on Fire, Super Massive Black Hole ou encore Let me sign.

Catherine Hardwicke a livré une merveilleuse adaptation du premier tome de la saga Twilight en y insufflant tout son enthousiasme et son amour pour les personnages… j’ai regretté que Summit l’ait virée alors qu’elle avait le potentiel de donner à New Moon cette dose de rêve supplémentaire que l’on retrouve dans les romans et qui fait défaut dans l'adaptation de C. Weitz. Heureusement, avec Eclipse, David Slade a redressé la barre.