image_1

Fiche technique:

Réalisateur: Clint Eastwood
Acteurs: Clint Eastwood, Morgan Freeman, Hilary Swank
Musique: Clint Eastwood
Genre: Drame
Date de sortie: 23 mars 2005

Adapté de la nouvelle Million Dollar Baby tirée de Burn Ropes par F.X. Toole.

Synopsis:

Frankie Dunn, ancien entraîneur de boxe respecté, dirige aujourd'hui une petite salle d'entraînement avec son ami et ancien poulain Eddie Scrap. La routine des deux hommes est bouleversée par l'arrivée de Maggie Fitzgerald, jeune trentenaire dont l'unique but est de devenir boxeuse professionnelle grâce à Frankie. D'abord réticent, il fini par céder sous la pression de son ami et entraine Maggie vers les sommets. Toutefois, un drame stoppe net son ascension vers le titre de Championne du Monde...

La critique de Le Umas:

Ce film est une vraie réussite: tant sur le plan du scénario que de la réalisation et des acteurs. L'histoire est très bien construite, les personnages sont tous crédibles et possèdent tous une histoire particulière qui les rend à la fois attachants et réalistes. Si on ressent cette empathie envers eux, c'est aussi et surtout grâce à leur jeu parfait, de Clint Eastwood en vieil entraîneur d'apparence dure mais rongé par le remord et la solitude, à Hilary Swank incarnant avec brio une jeune femme dont la reconnaissance est le seul but (elle n'a pas volé son Oscar) en passant par Morgan Freeman en ancien champion borgne qui est l'opposé de Frankie dans ses relations avec les autres.

La première partie de l'histoire est assez classique. Eastwood construit son film, pose les bases et introduit ses personnages intelligemment. S'en suit une ascension irrésistible de Maggie au sein de la hiérarchie mondiale de la boxe féminine. Tout semble sourire au couple formé par Frankie et Maggie qui enchaîne les victoires. Leur relation évolue également vers une plus grande complicité. Cette partie contient également un lot de répliques bien senties entre Frankie et Eddie qui apportent un peu de légèreté et d'humour et lors desquelles le spectateur ne peut que constater l'entente parfaite entre deux piliers du cinéma.

Le combat qui devait être la consécration de la carrière de Maggie et de Frankie (qui avait manqué le titre avec Eddie à cause de sa prudence) marque le tournant du film. La fourberie prend le dessus sur l'honnêteté sous la forme d'un coup dans le dos qui scelle un destin en quelques fractions de seconde qui paraissent pourtant une éternité (excellente idée du ralenti pendant la chute). Cette seconde partie est donc empreinte de tristesse et délaisse l'ambiance légère du début pour une ambiance plus sombre et lourde. Cependant, Clint garde la justesse de ton dans la réalisation qui ne tombe jamais dans le "drame facile et exacerbé".

On aura compris que Million Dollar Baby n'est pas un film de boxe mais un film sur les relations humaines où le sport n'est que le prétexte et non l'objet. Il parle du combat pour une vie, pour le bonheur, pour la reconnaissance. Chaque personnage effectue son propre cheminement au cours du film, aidé par ses relations avec les autres. Le million de dollars n'a pas de rapport avec la somme des gains des matchs mais plutôt à une métaphore de l'attachement porté par Frankie à Maggie.

En effet, au fur et à mesure, Frankie considère et la traite comme la fille qu'il n'a jamais vraiment eue. Cette relation père-fille est symbolisée et révélée par le surnom gaélique de Maggie « mo cuishle » soit « ma chérie, mon sang ». Son affection transparaît dans sa prise en charge des soins, sa présence aux côtés de Maggie tout au long de son hospitalisation. Quelque part il se soigne de ses erreurs passées grâce à la jeune fille. L'accident est donc d'autant plus difficile pour lui qu'il se reconstruisait une vie. Frankie incarne l'homme hésitant entre son envie et son expérience. Il est sans cesse confronté à des dilemmes moraux.

Maggie Fitzgerald quant à elle donne une leçon de vie au spectateur. Elle poursuit son rêve de reconnaissance quoiqu'il en coûte alors que sa situation la prédestinait à n'être personne. Elle se bat pour cette réussite, dépassant les clivages sociaux, les relations familiales, se dépassant elle-même. A travers, Maggie et sa famille, Clint Eastwood décrit l'Amérique des oubliés, ceux qui n'ont pu vivre le fameux rêve US et que la société ignore, les laissant dans leur pauvreté matérielle, intellectuelle et culturelle. La différence est que Maggie se bat contre sa situation alors que sa famille semble y trouver son compte. Elle livre également un combat pour l'honnêteté et l'intégrité, dans le sport et dans la vie, l'honnêteté vis-à-vis des autres, mais aussi pour soi-même. Enfin, le film pose le dilemme de conscience, celui de l'euthanasie. Il introduit le sujet d'une manière qui pourrait être résumée par l'expression: Comment mourir en restant en vie?

Comment quelqu'un qui a connu les sommets, dont le corps est la raison de vivre peut-il, malgré toute sa force mentale, tenir en sachant qu'il est condamné à ne plus pouvoir jouir de la vie qu'à travers un respirateur. De l'autre côté, Frankie doit faire face au désespoir de Maggie en plus du sien. Il doit choisir entre son bonheur (d'avoir Maggie comme « fille ») et celui de Maggie qui ne supporte plus sa condition. En plus, il s'accuse de la situation car il estime avoir franchi la limite qu'il s'est toujours fixé. Très critiqué en dehors du film, Clint Eastwood a l'intelligence de présenter les deux points de vues: celui du malade et celui de son entourage.

Finalement, Million Dollar Baby est un film très réussi car juste, émouvant, tout en étant profond et intelligent et porté par des acteurs épatants. Clint Eastwood réalise ici un de ses meilleurs films (si ce n'est son meilleur). Les récompenses sont amplement méritées.