afficheunhommeappel_cheval

Fiche technique:

Réalisateur: Elliot Silverstein
Acteurs: Richard Harris, Manu Tupou, Corinna Tsopei, Jean Gascon
Musique: Leonard Rosenman
Genre: Western
Sortie: 1970

Adaptation d'après une histoire de Dorothy M. Johnson

Synopsis:

En 1825, Lord John Morgan, un aristocrate anglais désœuvré, chasse du gibier aux États-Unis, en territoire sioux, assisté de trois hommes. Bientôt, ceux-ci sont tués lors d'une attaque menée par des guerriers d'une tribu sioux. Morgan est capturé et emmené à leur camp, où il est d'abord traité en esclave. Peu à peu, avec l'aide d'un autre captif, Baptiste, il se familiarise avec les usages et coutumes de la tribu, dont il apprend la langue. Initié au "rite du soleil", il devient par ses actes un guerrier à part entière de la tribu — qui l'adopte sous le nom de Horse —, et épouse Running Dear, la sœur du chef Yellow Hand...

Mon avis:

Je reste assez mitigée concernant ce film. J'ai toujours voulu le voir car cela reste un classique de l'époque et je crois que cette attente a précipité ma déception.

Tout d'abord, j'ai trouvé la réalisation inégale à savoir que se côtoient des scènes de grand lyrisme dotées d'une photographie superbe, presque moderne & des scènes de silences infinis marquées par des longueurs et des angles totalement surannés.

Du point de vue de la thématique, on peut rappeler que, pour l'époque, le film innove et nous montre le peuple indien sous un jour nouveau, celui d'un peuple aux us et coutumes précis et structurés (alors qu'avant indien = méchant, psychologie ô combien développée dans les westerns d'antan). Tous les décors et les costumes ont d'ailleurs été réalisés selon les techniques indiennes et grâce aux conseils de 'locaux'. De plus, toutes leurs coutumes sont authentifiées par des témoignages écrits. J'ai apprécié d'avoir la chance de découvrir une vision plus réaliste de certaines pratiques sioux - notamment l'abandon des femmes lors de la mort de leur fils ou encore le fameux rite de dévotion au soleil. Je dis, la chance, car dans Danse avec les Loups (que je vénère malgré tout), Kevin Costner tient un propos plus édulcoré des Sioux, présentés comme des pacifiques exempts de défauts, face aux Pawnees, belliqueux et sadiques. Or, la cruauté était présente chez toutes les tribus, tout comme elle l'est dans toutes les races.

Le moment le plus dramatique du film est celui du rite de la dévotion au soleil que l'anglais doit passer afin de prouver sa valeur en tant que guerrier. Le voilà donc mis à l'épreuve lors d'une séquence particulièrement dure, voire difficilement soutenable (cf. affiche) qui contraste fortement avec les scènes assez mornes qui précèdent jusque là.

On notera évidemment la grande prestation de Richard Harris en homme-cheval, découvrant peu à peu la culture qui l'entoure, et également celle de Manu Tupou (inconnu total, vous frappez pas) en chef enclin à la rencontre avec l'autre. Mais le film a quand même considérablement vieilli et c'est le principal frein qui m'a empêché de me plonger dedans. Et puis mince, Arte aurait pu acheter le film en VO, parce que la VF, pouah !

mancalledhorse003mancalledhorse05