affichefen_tresecr_te


Fiche technique
:

Réalisateur: David Koepp
Acteurs: Johnny Depp, John Turturro, Maria Bello
Musique: Philipp Glass
Genre: Thriller
Sortie: 2004

Adaptation de la nouvelle Secret Window de Stephen King

Synopsis:

Morton Rainey, un écrivain à succès, traverse une crise : en plein divorce, il n'a plus d'inspiration et s'est retiré dans son chalet en pleine forêt. C'est alors qu'un mystérieux personnage vient troubler sa morne existence ; un certain Shooter accuse violemment Morton d'avoir plagié une de ses histoires. Face aux attaques de plus en plus virulentes de Shooter, Morton tente par tous les moyens de prouver sa légitimité...

Mon avis:

Johnny Depp soulève à lui tout seul cette énième exploitation du maitre de l'horreur, le grand Stephen King qui, malheureusement, nous livre une nouvelle s'essoufflant rapidement. En résulte une adaptation cinématographie peu efficace.

Certes le suspense, la tension et une légère dose de frissons sont au rendez-vous dans la première moitié du film. Le mystère s'installe tout doucement et permet ainsi au spectateur de s'imprégner de l'ambiance particulière qui fait la force des histoires de S. King. Après, c'est le bâclage total.

La grosse faiblesse du film tient dans sa chute qui se voit comme le nez au milieu de la figure... et si D. Koepp croit semer des indices subtiles, il n'en est rien. Le spectateur moyen (celui qui a aimé La gorge du diable cf. article ci-dessous) restera la bouche ouverte comme un four, les autres ne tiqueront même pas car question originalité, on repassera. Ça vaut aussi bien pour le film que pour la nouvelle qui se contente de se faire le (très) pauvre écho du brillant Shining.

Remarque: pourquoi se sent-on toujours obligé de nous ressortir le coup de l'animal familier tué par le vil taré de service ? C'est pas que ça lasse, mais bon... après le lapin de Liaison Fatale, le chat de Dakota Fanning dans Hide & Seek ou encore le cheval de La Gorge du Diable, on a droit au chien de J. Depp. Le pauvre, dès que je l'ai vu à l'écran, j'ai su qu'il allait clamser!

Donc, Fenêtre Secrète, c'est une nouvelle fois la preuve que Johnny Depp sait camper des barges (on le savait déjà, merci) et qu'à trop vouloir miser sur le filon Stephen King, on s'embourbe parfois dans des thrillers de seconde zone.