A l'occasion de mon 100e article, je souhaiterais partager avec vous une œuvre qui pour moi restera toujours synonyme d'excellence, d'ambition, de talent et d'émotion, j'ai nommé


Le Seigneur des Anneaux - la Trilogie

TRILOGIE

Réalisateur: Peter Jackson
Scénaristes: Peter Jackson, Philippa Boyens, Fran Walsh d'après l'œuvre originale de J.R.R. Tolkien
Photographie: Andrew Lesnie
Compositeur: Howard Shore
Tournage: Entre septembre 1999 et décembre 2000 (et scènes supplémentaires au printemps 2002)

Remarque: spoilers présents!

La Communauté de l'Anneau

LE_SEIGNEUR_DES_ANNEAUX___LA_COMMUNAUTE_DE_L_ANNEAU

Distribution (par ordre d'apparence) :

  • Galadriel: Cate Blanchett
  • Elrond: Hugo Weaving
  • Bilbon Baggins: Ian Holmes
  • Frodon Baggins: Elijah Wood
  • Gandalf: Ian McKellen
  • Sam Gamegie: Sean Astin
  • Merry Brandebouc: Dominic Monaghan
  • Pippin Took: Billy Boyd
  • Saroumane: Christopher Lee
  • Aragorn (Stryder): Viggo Mortensen
  • Arwen: Liv Tyler
  • Boromir: Sean Bean
  • Legolas: Orlando Bloom
  • Gimli: John Rhys-Davies
  • Haldir: Craig Parker
  • Celeborn:Marton Csokas

Image4

Synopsis:

Aux temps reculés qu'évoque le récit, la Terre du Milieu est peuplée d'innombrables créatures étranges. Les Hobbits, apparentés à l'Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix au nord-ouest de l'Ancien Monde, dans la Comté. Paix précaire et menacée, cependant, depuis que Bilbon Sacquet a dérobé à la créature Gollum l'Anneau de Puissance jadis forgé par Sauron de Mordor, le seigneur des ténèbres. Car cet Anneau est doté d'un pouvoir immense et maléfique, conférant un pouvoir de domination sans limite à son possesseur. C'est pourquoi Sauron s'est juré de reconquérir l'Anneau par tous les moyens. Déjà ses Cavaliers Noirs rôdent aux frontières de la Comté.

Image3

Mon avis:

Et nous voilà embarquer dans un monde nouveau, incroyable de par son réalisme et sa portée qui tout en émerveillant le spectateur lui présente également des protagonistes qui malgré leurs différences restent touchants et fondamentalement humains.

Véritable pérégrination, la Communauté de l'Anneau offre au spectateur un panorama de la Terre du Milieu en l'introduisant aux différentes races et régions de ce merveilleux monde crée par Tolkien. Depuis les régions vallonnées et chaleureuses de la Comté, en passant par la cité elfique de Rivendell et les cavités menaçante des Mines de la Moria, des bois magiques de Galadriel au fleuve tumultueux de l'Anduin, le spectateur prend pleine conscience d'un univers vaste et complexe, extrêmement abouti possédant sa genèse, ses cultures, ses races et ses langues extraordinaires (vous avez déjà entendu quelque chose de plus beau que la langue elfique, franchement?).

Peter Jackson nous offre des scènes variées: drôles, émouvantes, prenantes et angoissantes. On rit de la bêtise de Pippin, on tremble face aux 9 Serviteurs de l'Anneau, on pleure à la "mort" de Gandalf. Les acteurs sont tous incroyables de justesse et d'émotion, liés et impliqués dans cette incroyable aventure qu'ils pressentent déjà comme une exception dans la profession. Parce qu'il s'agit bien d'innovation: un projet d'une telle envergure (réalisation, production, matière originale) constituait une aventure excitante mais surtout, un pari risqué. Certes, les fans de Tolkien étaient extrêmement nombreux, mais leurs attentes également. Et honnêtement, qui aurait pu imaginer un défi aussi brillamment relevé?

Je me souviendrai toujours de ma fin de séance (complètement insouciante à l'époque): Quoi? Ya une suite? Et oui, pour le plus grand bonheur des spectateurs!

Copie_de_FttF123

Ma séquence action préférée: la poursuite d'Arwen par les Cavaliers Noirs, petit bijou de maitrise tant du point de vue de la réalisation que du bruitage.

DoB052

Ma séquence émotion préférée: le serment d'allégeance de Boromir à Aragorn juste avant de mourir.

tE011

Les bonnes idées qui font tout: les dialogues en elfique!


Les Deux Tours

LES_DEUX_TOURS

Distribution (nouveaux protagonistes) :

  • Gollum: Andy Serkis
  • Théoden: Bernard Hill
  • Eomer: Karl Urban
  • Eowyn: Miranda Otto
  • Grima: Brad Dourif
  • Faramir: David Wenham

Image5

Synopsis:

La Communauté est brisée. Capturés par les Uruk-hai de Saroumane, Merry et Pippin ne se doutent pas qu'Aragorn, Legolas et Gimli sont sur leurs traces. De leur côté, Frodon et Sam avancent vers des contrées hostiles pour tenter de mener à bien leur tâche: détruire l'Anneau de Pouvoir. Dispersés, les compagnons doivent désormais lutter contre une nouvelle alliance,: celle de Saroumane et de Sauron, celle de la tour d'Orthanc et de Barad-Dur. Parviendront-ils à s'allier au peuple du Rohan? Trouveront-ils asile auprès de Ceux des Arbres? Qu'adviendra-t-il de Gandalf le Gris métamorphosé, au-delà de la mort, en Cavalier Blanc?

Image6

Mon avis:

Un an a passé et j'ai dévoré la trilogie de Tolkien, j'ai en tête la filmographie de tous les acteurs, je connais chacune des répliques par cœur. Une fan est née. De partout, on s'enthousiasme, on s'écrit au triomphe. Les professionnels frétillent et le public contient difficilement son attente. Bref, la frénésie a commencé!

Et quelle joie lorsque l'on se rend compte que tout le monde est toujours au rendez-vous! Le début du film est tout simplement  incroyable et en cinq minutes, nous revoilà plongés dans un univers qui nous est devenu plus familier.
Toutefois, la découverte est toujours bien présente et nous rencontrons tour à tour le peuple des Rohirrims, celui de Sylvebarbe, les Hommes du Gondor avec à leur tête Faramir. Mais la grosse surprise évidemment, c'est l'arrivée de Gollum, créature perfide que Peter Jackson dote habilement d'une personnalité schizophrénique.

Ce deuxième opus fait ici la part belle à l'action (même si le premier était déjà très diversifié) et le monde des Hommes se voit confronté à une menace de plus en plus tangible. La séquence clé du film est évidemment la bataille du Gouffre de Helm qui dure près d'une heure et demi - un record! - alliant combats à l'épée, séquences glorieuses et musique à couper le souffle.
Toute cette dynamique est parfaitement contrebalancée par des moments de nostalgie pure, comme la vision du futur d'Arwen, la lourdeur de la tâche de Frodo, de plus en plus accablé par le poids de l'Anneau ou encore le personnage d'Eowyn - figure sibylline et stoïque.

Petit plus: pour toute la trilogie d'ailleurs, la musique d'Howard Shore; qu'en dire à part qu'elle est inspirée, puissante et sensible, qu'elle confère une mythologie et une présence à chacun des peuples de la Terre du Milieu, qu'elle marque selon moi un tournant dans l'histoire de la composition et qu'elle reste gravée dans les mémoires de tous ceux qui ont visionné les films? Je me retiendrai ici et vous guiderai vers ma critique de la bande originale des Deux Tours, ici.

La fin s'annonce noire pour nos deux Hobbits en route vers le Mordor, non plus accompagnés d'un guide, mais d'un ennemi redoutable.

Fe077

Ma séquence action préférée: la charge de Gandalf et Eomer sur fond de lever de soleil. Épique!

KotGH036

Ma séquence émotion préférée: le monologue de Grima à Eowyn qui reprend les mêmes mots que Tolkien pour la décrire : "Si belle. Si froide. Comme un pâle matin de printemps qui frémit encore des assauts de l'hiver."

FoS020

Les bonnes idées qui font tout: Reprendre l'histoire en pleines mines de la Moria.


Le Retour du Roi

LE_RETOUR_DU_ROI

Distribution (nouveaux protagonistes):

  • Deagol: Thomas Robins
  • Denethor: John Noble

Image8

Synopsis:

C'est dans un fracas apocalyptique que s'achèvent les derniers combats de la guerre de l'anneau. Tandis que le continent se couvre de ténèbres, Frodon et Sam poursuivent leur entreprise. Alors qu'il n'a pas pu franchir la Porte Noire, il se demande comment atteindre le Mont du Destin. Peut-être est-il trop tard: le Seigneur des Ténèbres mobilise ses troupes. Les Rohirrims n'ont plus le temps d'en finir avec Saroumane, ils doivent se rassembler pour faire face à l'ennemi. Le monde des Hommes est définitivement acculé désormais et s'apprête à livrer son ultime combat: celui pour sa survie.

Image9

Mon avis:

Encore une fois, le début est brillant et retrace l'origine de Gollum, autrefois Sméagol le Hobbit. La scène est incroyable de tension et d'angoisse et le gros plan final sur l'Anneau lui confère une présence maléfique indéniable. Toute sa noirceur rejaillit dans un thème musicale qui n'est pas sans rappeler la pulsation du sang dans les veines.

C'est certainement dans cet opus que Peter Jackson a pris le plus de libertés, dans le sens où celles-ci sont réellement frappantes (dont une choquante pour certains fans). Si le réalisateur a permis à Legolas de faire du skateboard, s'il a amené les Elfes et Haldir au Gouffre de Helm ou si encore, il a accordé une place conséquente à l'histoire d'amour entre Aragorn et Arwen, tout cela en soi ne perturbe en rien le lecteur, l'esprit de Tolkien étant toujours intact. Par contre, lorsque Jackson décide de renforcer la tension dramatique et met en scène Frodon rejettant Sam sur le Haut Col, là il y a problème. Car dans le livre, la confiance entre les deux Hobbits est totale et cette décision n'aurait jamais été envisageable. Maintenant, il s'agit d'une adaptation cinématographique et proportionnellement à l'ensemble de la Trilogie, ne jetons pas la pierre trop fort sur Peter Jackson.

Autre scène introduite par le réalisateur: celle des flambeaux s'allumant au fur et à mesure, du Gondor jusqu'à Edoras en Rohan. Absolument sublime et portée par une musique magnifique, on en redemande. Tout au long de la Trilogie, nous avons d'ailleurs droit à un éloge à la Nouvelle-Zélande, terre d'accueil du tournage et source d'émerveillement constant. Ce dernier opus introduit la figure de Denethor, Intendant du trône du Gondor, figure de noblesse écrasée par l'orgueil. Son personnage et sa relation avec Boromir et Faramir sont mieux développés dans la version longue des Deux Tours.

Ce dernier film est à l'image des deux films précédents mêlant actions et prouesses, sacrifices et larmes pour finalement terminer en apothéose lors de la destruction de l'Anneau - séquence absolument brillante où les compagnons de la communauté se trouvent réunis face à une même épreuve. J'ai personnellement versé pas mal de larmes durant tout le film: lorsque Sam dit à Frodon: I can't carry it for you, but I can carry you! larmes!, quand Aragorn se rend compte qu'Arwen n'est pas morte, larmes! et enfin quand Frodon quitte ses compagnons aux Havres Gris, torrent de larmes!

Peter Jackson reste fidèle à lui-même et termine la Trilogie à son aise et on l'en remercie. Le spectateur, devenu malgré lui, un membre de cette trilogie a bien du mal à dire adieu à tous ces personnages attachants.

FoO042

Ma séquence action préférée: l'arrivée de Gandalf qui repousse les Nazguls avec son bâton magique (la classe^^)

PoT_Group3

Ma séquence émotion préférée: trop dur ! Le "I know your face" de Theoden lorsqu'il découvre Eowyn avant de mourir, "I'm glad that you're with me, Sam Gamegie, here at the end of all things" de Frodon après la destruction de l'Anneau et tant d'autres!

EoAT_Eagles3

Les bonnes idées qui font tout: L'arrivée des Aigles après la destruction de l'Anneau.


En résumé:

Une œuvre incroyable, des protagonistes inspirés, des moments d'émotions pures et de joie pour tout cinéphile qui se respecte. La Trilogie du Seigneur des Anneaux restera pour longtemps dans les mémoires et même si dans quelques années les effets spéciaux dateront, les valeurs et les sentiments des films pour leur part, perdureront. Certainement la trilogie la plus magistrale que le cinéma a portée jusqu'à présent (et pour longtemps encore!).

Je ne peux que conseiller de voir les versions longues des films pour encore plus de découvertes. Mais bon, c'est pour les vrais fans et les lecteurs de l'œuvre de Tolkien principalement parce que ça peut devenir très long pour ceux qui ne sont pas accros, je l'accorde!

***