lechat

Fiche technique:

Réalisateur: Pierre Granier-Deferre
Acteurs: Jean Gabin, Simone Signoret, Annie Cordy
Musique: Philippe Sarde
Genre: Drame
Date de sortie: 1971

Adaptation d'après le roman Le Chat de Georges Simenon

Synopsis:

Un couple de retraités habite dans une banlieue parisienne en plein bouleversement par les travaux d'urbanisme moderne. Ils vivent un huis-clos dans leur pavillon, dans une cohabitation désormais plus forcée que souhaitée. Lorsque le mari recueille un chat auquel il voue toute son affection, la jalousie de l'épouse devient de la haine, atteint un paroxysme et c'est désormais une guerre civile, âpre et implacable qui se joue autour de l'animal.

Mon avis:

Je m'attendais à découvrir une version dramatique de la Guerre des Roses mais je m'étais radicalement plantée. Parce que dans le film de Danny DeVito, le couple se déteste mutuellement. Ici, Clémence aime toujours Julien et c'est cela le plus triste.

Comment accepter que la personne avec laquelle on a passé vingt-cinq ans de sa vie a soudain cessé de vous aimer.? Comment peut-on passer de l'amour à l'indifférence et à la haine? Cela reste toujours aussi choquant et pourtant, c'est bien connu, il n'est jamais aussi facile de détester quelqu'un que l'on aime ou que l'on a aimé. Et la situation tourne rapidement au drame.

A première vue, on comprend pourquoi Clémence tue le chat sur lequel son époux a reporté toute son affection. On serait tenté de blâmer le comportement blessant de Julien vis-à-vis de sa femme(*). Mais peut-on réellement lui en vouloir? Et bien non, et c'est là que réside le caractère tragique du film : l'amour s'est évanoui. Sans raison, ni explication. Certes c'est dur, mais c'est comme ça.

(*) dans une scène, Julien avoue à sa femme s'être réjoui de son accident et de la voir claudiquer depuis... élément qui m'a marquée et qui passe pourtant comme une lettre à la poste dans le film. Pareil pour les flash-backs censés montrer que le couple s'est aimé... j'ai pas particulièrement été convaincue.

Je découvrais pour la première fois Jean Gabin et Simone Signoret au cinéma (j'entends des sifflements, je sais, c'est une honte nationale!) et je dois avouer que je suis assez déçue par la prestation de Gabin. Si on ne peut nier une présence extraordinaire à l'écran, je l'ai trouvé mono-expressif durant tout le film (mise à part l'engueulade dans l'escalier de la cave). Je m'attendais à autre chose qu'une "simple" aura. La vraie découverte, c'est Signoret et son jeu incroyablement juste. Autre bonne surprise, Annie Cordy, dans un rôle simple mais tenu avec beaucoup de naturel.

Voilà Junior, j'ai vu Le Chat et je l'ai trouvé triste, triste et triste. Enfin triste tendance morne parfois... Bref, j'ai le moral dans les chaussettes et en relisant ma critique, le style tire aussi vers le bas.

Deux monstres du cinéma français dans un drame sombre et ... déprimant.