therewillbeblood


Fiche technique
:

Réalisateur: Paul Thomas Anderson
Acteurs: Daniel Day Lewis, Paul Dano, Dillon Freasier, Kevin J. O'Connor
Musique: Jonny Greenwood
Genre: Drame
Date de sortie: Février 2008

Adaptation cinématographique de Oil ! de Upton Sinclair

Synopsis:

Daniel Plainview, prospecteur à la recherche de pétrole, apprend que le sous-sol californien en regorgerait. Il s'y rend donc, accompagné de son fils, et achète à bas prix les terres des fermiers de la région, à commencer par celle de la famille Sunday, dont le fils, Eli, se prétend inspiré par Dieu. Rapidement, le pétrole jaillit. Mais les relations deviennent de plus en plus tendues entre Daniel Plainview et le jeune prophète de l'église de la « troisième révélation ».

Mon avis:

Un film à ranger dans la catégorie "claque dans la gueule" !

Une mise en scène nickel, une photographie qui arrive à rendre magnifique un derrick (chapeau!) et un scénario au poil: check! Paul Thomas Anderson livre une œuvre maitrisée et très aboutie.

Des acteurs sont tous  très investis: Daniel Day-Lewis reste tout simplement incroyable et il est difficile de ne pas être admiratif à chacune de ses performances. Sa misanthropie atteint ici des sommets! La bonne surprise, c'est Paul Dano qui campe un jeune prêcheur aussi illuminé que fourbe, un défi joliment relevé.

Mais voilà, l'atmosphère pesante et carrément sèche et rigide qui se profile dans tout le film m'a totalement rebutée. De plus, rien ici ne vient redonner une note d'optimisme ou de lumière ; pas de rédemption pour les protagonistes, acteurs ou victimes de la noirceur du genre humain.

Petit moins: Jonny Greenwood s'est-il rendu compte qu'il nous livrait dans son corpus un pièce qui n'est pas sans rappeler le thème de Lost? Personnellement, ça m'a marqué et dès le début du film, je me suis dit: Tiens, je vais voir apparaitre Jack et Kate ? Hum... pas l'idéal pour entamer ce genre de film.

Un très grand film, pour son esthétique sévère et profonde, soulevé par des acteurs brillants mais qu'il convient d'aborder pour ce qu'il est: un drame pur, par essence.