movie2336

Fiche technique:

Réalisateur: John Madden

Acteurs: Anthony Hopkins, Gwyneth Paltrow, Jake Gyllenhaal, Hope Davis

Musique: Stephen Warbeck

Genre: Drame

Date de sortie: 2005

Synopsis:

La fille d'un mathématicien de génie doit surmonter le décès de son père qui souffrait également d'instabilité mentale. Elle tente d'y parvenir avec l'aide d'un ancien élève de son père qui vient chercher des preuves de son génie alors que sa soeur, qu'elle n'a pas vue depuis longtemps, débarque pour mettre de l'ordre dans les affaires du paternel.

Mon avis:

Dès le départ, le spectateur est prévenu et a droit à un gros plan extrêmement flippant de Gwyneth Paltrow, apparemment en pleine déprime, en train de "comater" devant la télé. Bon, question ambiance, on repassera. Heureusement, le film démarre assez rapidement. Catherine fête ses vingt-sept en compagnie de son père, illustre mathématicien. Ils discutent de choses et d'autres et puis paf! c'est la révélation: Catherine se rend compte qu'elle est en train de discuter avec son père ... dont les funérailles ont lieu le lendemain... ça calme tout de suite. S'en suit le début de la relation de Catherine et Hal, ancien doctorant de son père et l'arrivée fracassante de sa soeur, prête à réorganiser la vie de Catherine qu'elle juge de plus en plus instable.

J'ai trouvé ce film plutôt bon, certes très lent mais en soi, honnête parce que d'entrée de jeu, on ne nous promet rien de très excitant. Ce n'est pas une critique négative mais bien un constat, le film fait son bonhomme de chemin, tient ses promesses et au final, fait passer un très bon moment.

Toute la thématique de la folie (souvent liée au génie et en cela, le film fait particulièrement écho à A Beautiful Mind) et la problématique qui souvent en découle, à savoir la peur des enfants d'être confrontés aux mêmes troubles psychologiques que leurs parents, sont ici parfaitement abordées et interrogent le spectateur amené tour à tour à croire et à douter de la santé mentale de Catherine.

De leur côté, les acteurs tiennent la route et se mettent au diapason de la mise en scène: sobre et délicate (certainement influencée par la pièce de théâtre originale). Je mettrai un petit bémol quant aux jeux de flashbacks - très fréquents - qui sont ici au service du mystère mais qui accablent le spectateur, à certains moments aussi paumé que les protagonistes! Ca fait mal au crâne mais cela permet une identification diablement futée!

Petit moins: j'ai trouvé Anthony Hopkins fade, c'est grave docteur?

Tout cela contribue à faire de Proof un film sensible et intelligent et qui gagne à être connu !