affichethelovelybones

Fiche technique :

Réalisateur: Peter Jackson
Acteurs : Saoirse Ronan, Rachel Weisz, Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Susan Sarandon
Musique : Brian Eno
Genre : Drame/Fantastique
Adaptation du roman La Nostalgie de l’Ange d’Alice Sebold
Date de sortie : Février 2010 

Synopsis :

Susie est une jeune fille comme les autres, jusqu'au jour où elle se fait violer et assassiner par son voisin en rentrant de l'école. Ce dernier se débarrasse du corps afin que personne ne puisse la retrouver. Pour sa part, Susie évolue dans son propre paradis et assiste de loin à l’éclatement de sa famille. Bien plus, elle se rend compte que son âme n’est pas en paix et que son meurtrier la hante toujours.

 

Mon avis :

Comme pour chacune de ses précédentes réalisations, Peter Jackson nous délivre une œuvre cinématographique hors normes. Il n’y avait que lui pour adapter une histoire aussi sordide et dramatique et réussir à y insuffler de la poésie.

Le film est visuellement superbe : le paradis dans lequel évolue Susie est à la fois graphiquement époustouflant tout en restant d’une sensibilité délicate. Tant de recherches et de détails, c’est admirable. Seul le passage de danse sur le tourne-disque reste selon moi superflu… mais bon, cela fait partie de la « touche Jackson », on a bien eu droit à Legolas faisant du skate sur son bouclier ! Les transitions entre cet « entre-deux » et la réalité terrestre sont également empreintes de finesse grâce à un montage minutieux qui flirte avec la perfection… les magnifiques scènes de contact (notamment celle de la rose ou des bateaux) entre Susie et son père laissent sans voix.

Le spectateur se trouve plongé dans un mælström d’émotions, entre suspense et sensations ténues, le tout parfaitement porté par des acteurs impliqués et talentueux : Mark Wahlberg laisse tomber ses guns et autres accessoires virils pour livrer un jeu touchant et convainquant, la jeune Saoirse Ronan, pour sa part, confirme l’immense potentiel esquissé dans Atonement, et enfin, Stanley Tucci, qui sort ici totalement de son registre habituel, endosse avec un réalisme effrayant un rôle qui donne tout simplement froid dans le dos.

Petit bonus : Susan Sarandon qui détend merveilleusement bien l’atmosphère en cours de film et permet au spectateur de décrisper ses épaules.

Petit moins : le passage de l’évocation des anciennes victimes de Tucci ne m’a pas semblé indispensable. Mais c’est vraiment tout ce dont j’ai à me plaindre.

Un film lyrique sur un sujet tragique. De la poésie là où règne une horreur sans nom. Peter Jackson étonne encore une fois. A quand la prochaine surprise ?